Afghanistan: Between the lines

  Copyright Pierre Terdjman, Kabul Today. Cette photo a été prise en 2008, lorsque Terdjman faisait son reportage pour Paris-Match, immersion de 7 mois durant lesquels il a vécu aux côtés soldats dans la vallée de Kapissa en Afghanistan.

Travail par Vincent Loubat et Marc Bregeard, Première S3, Lycée François Arago de Perpignan, 2011.

Cette photo en noir et blanc est prise en légère plongée, ce qui nous fait dominer tout le groupe de soldats. Le regard est directement capté au premier plan par les soladat marchant vers un batiment au loin et par le sommet de la montagne qui se situe tout juste en face d’eux. Ces deux éléments constituent les points de fuite de l’image.

Ces soldats patrouillent ou suivent un entrainement, il y a quelques trainards, un homme (sûrement plus gradé), situé sur le coté gauche du groupe, regarde vers eux, comme s’il supervisait l’opération.

Il n’empêche que ce groupe, vu de dos, présente une armée conquérante marchant vers un ennemi invisible, ce qui traduit bien la situation de guérilla se déroulant dans le pays est à la fois valorisant pour eux mais aussi dérangeant. Cette vision proposée par le cliché impose et fait ressentir à celui qui regarde cette photo, une sorte de fierté pour ces soldats qui se sacrifient pour qu’une démocratie puisse s’instaurer dans ce pays (point sur lequel nous pouvons nous poser la question : est-ce qu’une coalition d’états doit obliger un peuple à adopter une forme de régime politique ? Prenons l’exemple de la Tunisie : en l’espace de quelques semaines, le peuple a réussi à instaurer le gouvernement qui lui convenait parce qu’il le voulait !). Ce cliché est aussi dérangeant car il présente une armée qui peut être perçu comme une armée d’invasions, semi colonialiste. Cette guerre dure maintenant depuis 2001, sans vraiment qu’il y ait de grands succès et le conflit s’enlise quelque peu. Sentiment renforcé par le fait que la photo soit en noir et blanc, ce qui enlève tous les éléments de couleurs superflus qui pourrait gêner la lecture de l’œuvre.

Il est à noter que la série entière a été prise (ou est présentée) en noir et blanc ce qui lui donne un coté intemporel. La série prise en 2009 aurait tout autant pu être prise de nos jours.

Terdjman, durant son reportage ne s’est donc pas borné à une simple vision de l’armée, mais a pris en compte un contexte social, le nom « Kabul Today » de la série le montrant, c’est-à-dire, la façon dont on vivait à Kabul en 2009, moment ou les photos ont été prises. Kabul est donc une ville sous contrôle d’une coalition étrangère, dépendante d’elle. D’autresphotos soulignent une autre réalité: la ville ravagée, détruite, avec un peuple délaissé par son gouvernement, mais ou la vie continue tout de même, il le faut bien.

D’ici nous pouvons nous poser la question : cette situation est-elle toujours valable maintenant, 2 ans après ?

Et bien tout porte à croire que oui car le conflit ne finit de s’enliser, peu ou aucune amélioration n’a été visible depuis 2009, il y a toujours plus de morts, et une entente est toujours très difficilement envisageable.

AUTRES PHOTOS DE LA SERIE KABUL TODAY PAR TERDJMAN

 

 

 

 

 

 

 

Biographie de Pierre Terdjman.

 

Pierre Terdjman accompagne notre travail sur le photojournalisme depuis le début de l’année et nous le remercions. Formé à l’école de la guerre, il a vécu 7 ans en Israël entre Tel Aviv et Jerusalem et a couvert, entre 2003 et 2007 le conflit israélo-palestinien pour le magazine Haaretz et l’agence EPPA (European Press Photos Agency). Il est remarqué pour ses photos sur le Tsunami au Sri-Lanka, son travail en Géorgie et sur la guerre et les conflits postélectoraux au Kenya. Il entre à l’agence Gamma en 2007 et suit pendant plusieurs mois des soldats français en Afghanistan (« Kabul Today ») pour le magazine Paris-Match dont est tirée la photo choisie. Il fait des reportages régulièrement publiés dans la presse nationale et internationale. Il travaille maintenant avec l’agence Cosmos. Ses derniers reportages ont couvert les 3 révolutions de Lybie, Tunisie et Egypte.

http://www.pierreterdjman.com/

 

Chronologie de la guerre d’Afghanistan :

Elle commence en octobre et novembre 2001, date à laquelle les Etats-Unis, avec la contribution de l’alliance du Nord (groupe armé musulman opposé aux Talibans) et de nations occidentales (Royaume-Uni, France, Canada…) décident de chasser les Talibans afghans du pouvoir. Cette guerre s’inscrit dans la « guerre contre le terrorisme » déclarée par l’administration Bush. Le but initial était de capturer Oussama Ben Laden (commanditaire de l’attentat du 11 septembre 2001 sur les tours jumelles du World Trade Center, New York), de détruire l’organisation Al Qaïda qui possédait quelques bases dans le pays avec la bénédiction des Talibans et renverser ces derniers. Cette entreprise est réussie, permettant l’instauration d’un gouvernement provisoire avec a sa tête Hamid Karzaï, au prix d’élections contestées. Cependant, les Talibans organisent alors une guérilla contre les forces internationales, qui n’a toujours pas cessé. Ces derniers contrôlent une partie du territoire afghan.

La vallée de Kapissa, un endroit stratégique :

La vallée de Kapissa mène directement à Kaboul via le lac de Sarubi. Les talibans utilisent la vallée de Tagab comme une zone de transit pour des attaques contre des cibles dans la capitale afghane et les abords de la base aérienne américaine de Bagram. Ce serait donc une très lourde menace pour la capitale si elle tombait aux mains des insurgés.

Début février, les soldats français ont réussi à prendre une route stratégique dans cette vallée, passe qui était jusque là, le théâtre de nombreuses embuscades. C’est d’ailleurs à cet endroit, quelques kilomètres plus loin qu’ont été pris en otage les journalistes Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier qui, au jour du 25 mars 2011 ont passé 450 jours emprisonnés par les Talibans.

 

 

Ce contenu a été publié dans Asie, Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Afghanistan: Between the lines

  1. GAB dit :

    Exactement le style d’idée que je me faisais à propos de ce sujet, merci énormément pour cet incroyable article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *